Entrepreneure, animatrice Tv, actrice…Necy N’dri, dans toutes les teintes!

Necy N’dri, de nationalité ivoirienne, est épouse et mère de trois charmantes filles. Professionnelle et femme de média, notre personnalité publique a une formation initiale en gestion des ressources humaines avant d’opter pour des études en journalisme à L’ISTC (INSTITUT DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE LA COMMUNICATION). Fondatrice de l’ONG KLH (Kids Learning and Happiness), Necy est une passionnée de la communication et des médias.

C’est en 2012 qu’elle démarre sa carrière sur RTI 2, la deuxième chaîne publique de Côte Ivoire. Durant la même année, elle co-présente l’émission bilingue « Hello » pendant trois (3) ans. Elle intègre ensuite la RTI 1, (la première chaîne nationale ivoirienne). Elle va participer (Chroniqueuse et/ou présentatrice) à des émissions (comme Miss Astuces, C’Midi et Matin Bonheur) jusqu’en 2019.

Depuis Novembre 2019, Necy présente Recettes d’Afrique, une émission de gastronomie produite par CANAL+ Group et diffusée sur les chaînes Cuisines et A+ Ivoire. Cette jeune femme n’a pas qu’une histoire à la télé. En 2013, elle démarre l’aventure radio sur Abidjan 1 avant de poser ses valises en 2015 à Radio Cnews FM.

Necy fait aussi du cinéma. Elle est actrice dans plusieurs productions cinématographiques. Fondatrice du site internet féminin Etincelante et du webzine mensuel ETINCELANTEMAG, elle prône la sororité en mettant en lumière les FEMMES. Aujourd’hui, elle se lance dans la restauration et l’agroalimentaire. Famienne Marie Ynès Didi N’dri, communément appelée Necy N’dri, est notre invitée. Elle est interrogée par l’équipe de la rédaction. Bonne découverte !

Etincelante : Bonjour Necy, vous avez un nom assez particulier et long. Que représente chaque nom au sein de Famienne Marie Ynès Didi N’dri ?

Necy N’dri : Il faut dire que j’ai dix (10) frères et sœurs et nous avons la particularité d’avoir plusieurs prénoms. N’dri, c’est mon nom de famille, celui que j’ai hérité de mon père. Famienne, qui est le féminin de Famien, signifie « Seigneur », en Baoulé, ma langue maternelle. C’est un nom masculin que mon père a féminisé pour me l’attribuer. Je pense d’ailleurs que c’est ce qui caractérise mon ‘’mindset masculin’’.

Marie-Ynès m’a été donné par ma mère, je n’ai jamais eu l’occasion de lui demander la provenance, vu qu’elle m’a devancée dans l’au-delà. Je n’avais qu’un an et demi de vie. Didi vient de Rick Hunter, une série policière américaine diffusée dans les années 1980. En effet, mon père était un grand fan. Parmi les acteurs principaux il y’avait , Stepfanie Kramer, qui jouait le rôle du sergent Dee Dee McCall. A l’époque, c’était l’une des rares femmes à jouer ce genre de rôle au cinéma. L’inspecteur à la police criminelle de Los Angeles, Rick Hunter était un policier d’action dans la série, prompt à dégainer, et peu soumis à sa hiérarchie. Secondé par Dee Dee McCall (moi…lol) qui partage son goût du franc-parler.

Ce personnage a fortement marqué mon père. Avec du recul je me dis que mon père espérait vraiment avoir une fille avec un mindset de gagnante et de fonceuse. D’ailleurs, il m’a éduqué dans cet état esprit. On peut aujourd’hui rajouter à tout cela épouse Zebi. 

Etincelante :D’où vient le Necy alors?

Necy vient de la version verlan (Procédé consistant à inverser les syllabes de certains mots, parfois en modifiant les voyelles, ex. arabe-rebeu…) de Ynès.

Voilà, vous savez tout. 

Etincelante : Vous avez perdu votre mère assez tôt, relatez-nous votre enfance ? Et aujourd’hui, étant maman de trois enfants, comment vous vivez votre maternité avec elles ?

Necy N’dri : j’ai eu une belle enfance. Un père strict et rigoureux, qui me rappelait que je devais tout faire dans la vie pour ne dépendre de personne. Avec des méthodes propres à lui qu’on ne comprend pas toujours quand on est enfant ou adolescent mais qui font de nous des adultes meilleurs. En bon papa africain, ce n’était pas le super pote avec qui je faisais ami-ami. C’était le papa qui décidait de tout sans tenir compte de nos avis (mes frères et moi). Mais aujourd’hui, je lui suis infiniment reconnaissante car il a fait de bons choix et des sacrifices pour nous ses enfants (j’ai 9 frères et sœurs).

Coté amour maternel, je n’en ai pas manqué, il y’avait mes tantes (les sœurs de mon père et de ma mère) et les femmes qui sont passées dans la vie de mon papa qui m’ont aimées comme leur propre fille et qui continuent de me couvrir d’amour. Du coup, j’ai beaucoup de mamans qui m’attendent lors de la fête des mères.

Avec mes filles, j’ai une relation très fusionnelle. Ce sont mes copines avec qui je partage beaucoup de choses. Je rentre dans leur monde et je les envoie également dans le mien. En gros je suis une maman poule et cool. Mais attention, je n’hésite pas à réagir quand il le faut, elles connaissent leurs limites. Je fais tout pour garder le maximum de souvenirs avec elles en faisant des activités ensemble. Tout ce que j’ai de ma mère, ce sont des photos. Vous imaginez ?! Si elle n’avait pas fait de photos des moments qu’on passait ensemble ?! Je n’aurai rien eu d’elle comme souvenirs.

Etincelante : Vous faites l’ensemble de vos études en Côte d’ivoire, qu’est-ce que l’école vous apporte particulièrement et que retenez-vous de votre cursus ?

Necy N’dri : L’école m’a énormément apportée. Le savoir, il n’y a rien de mieux. Aujourd’hui, si je perds tout, il ne va rester que ce que j’ai appris ; donc pour moi c’est la plus grande richesse et je le dois à mon cursus scolaire. Merci papa de m’avoir scolarisée. Aujourd’hui je continue encore les cours. Je fais une licence en Journalisme à l’ISTC. Le savoir, c’est la clé.

Etincelante : En 2012, vous intégrez le monde des médias, pourquoi ce choix, avez-vous un modèle dans ce domaine ?

Necy N’dri : On va dire que c’est le destin. A la base, je suis ingénieure en gestion des ressources humaines. Après le BTS, je travaillais dans une entreprise comme gestionnaire de ressources humaines et je faisais le cycle ingénieur en cours du soir. Puis j’ai perdu mon emploi lors de la crise post-électoral de 2011. En attendant de retrouver du boulot, avec ma sœur, on a mis sur pied une ONG qui faisait la promotion de la langue anglaise. C’est dans le cadre des différentes activités de l’ONG que j’ai sollicité l’équipe de RTI2 pour une couverture médiatique. Vu que la chaine proposait une émission en anglais “HELLO”. Contre toute attente, on m’a plutôt proposé la co-animation de l’émission. Je me disais que ce serait temporaire, mais me voilà aujourd’hui.

Etincelante : Racontez-nous vos premiers instants dans le studio, c’était pesant ou normal de parler au micro ?

Necy N’dri : Non. Pas du tout. Le premier jour, je me suis bien amusée. C’était dans une école et on devait donner le cours des prétérits à partir d’une chanson. C’est ce que j’avais l’habitude de faire avec mes enfants de l’ONG donc je me suis bien amusée.

Etincelante : En tout, vous avez travaillé dans combien de médias ivoiriens ?

Necy N’dri : J’ai commencé à la RTI 2 (la deuxième chaîne nationale de Côte d’Ivoire), RTI MUSIC (une branche de la RTI dédiée à la musique), ensuite RTI1 (la première chaîne nationale de Côte d’ivoire) avant de poser mes valises à Canal+, pour les chaines Cuisines et A+ Ivoire. Sans oublier des projets réalisés pour des boites de productions privées qui n’ont jamais vu le jour par faute de moyens.

Etincelante : Vous êtes actuellement la fondatrice et la directrice de publication du webzine ETINCELANTE Mag. Etincelante est un magazine féminin numérique mensuel qui ne parle donc ‘’que de femmes’’, pourquoi ce choix éditorial, et il existe depuis combien d’années ?

Necy N’dri : Je me dis que nous, personnage public, avons la responsabilité d’impacter positivement notre génération. Ça a commencé avec le magazine CELIBATTANTE en 2017 avec mon associé Mohamed Fofana. Nous voulions vraiment mettre en avant les femmes qui réussissent par elles-mêmes. Faire comprendre à la société africaine qu’une femme peut apporter bien plus à la société même n’étant pas mariée. Il faut dire qu’il y’avait des femmes qui voulaient s’exprimer mais ne rentraient pas dans la case Célibattante. Raison pour laquelle (Pour ces femmes) est née Etincelante en Août 2018.

Avec Etincelante, j’ai choisi de susciter le désir du travail et des bonnes valeurs aux femmes toutes générations confondues. Les inciter à quitter le banc des éternels assistés. Leur montrer des parcours dont elles pourraient s’inspirer et par la même occasion se galvaniser.


À travers les différentes rubriques et capsules, nous (parce que Etincelante c’est plusieurs cerveaux maintenant) voulons permettre aux femmes qui cherchent encore leur repère, de prendre conscience que les clés de leurs vies sont entre leurs mains, qu’il ne tient qu’à elles d’obtenir ce qu’elles veulent en travaillant et en suivant des étapes bien précises.

Etincelante : Etincelante n’est pas le seul media que vous gérez, avant ce Mag il y’a eu Célibattante et bien d’autres. Qu’en est-il ?

NECY N’dri : Etincelante et célibattante mènent le même combat donc la fusion s’est imposée. Vous aurez bientôt, au cours de cette année, une version Etincelante dédiée à la cuisine et une version Etincelante, dédié à la parentalité.

ETINCELANTE : Necy vous êtes une amoureuse de la cuisine. Vous êtes d’ailleurs l’animatrice principale de la première émission de gastronomie africaine « Recettes d’Afrique » sur la chaine CUISINES canal 153. Comment le contact avec le groupe Canal s’est fait et, surtout que représente cette émission « Recettes d’Afrique » pour vous ?

Necy N’dri: J’ai participé à un casting à la suite de cela, j’ai été retenue pour l’aventure Recettes d’Afrique. Cette émission a suscité en moi l’amour pour la gastronomie et l’univers de la cuisine de façon générale.

Etincelante : Aujourd’hui vous faites de la création de contenu culinaire, vous êtes productrice de deux émissions consacrées aux enfants et aux couples. Expliquez-nous ces concepts.

Necy N’dri : Aujourd’hui, je ne parlerai que de “LIL FOODIES”, une émission de cuisine dédiée aux enfants que je coproduis avec IRI CONSEIL. Nous sommes en partenariat avec Côte Ouest qui se charge de la distribution. Pour les autres projets, je ne vous en dirai pas plus. Vous saurez d’avantage au cours de cette année.

ETINCELANTE : Délires de chefs est un évènement culinaire dont la première édition s’est tenue le 15 Mai 2021 à Abidjan, que comptez-vous apportez au monde de la gastronomie africaine ?

Necy N’dri : Délires de Chefs est un concept (idée) original de Monsieur Raphael KASSI, mon Associé. Né de la volonté d’offrir une expérience Premium et différente des évènements culinaires et gastronomiques au sein de notre paysage audiovisuel, Délires de Chefs a séduit par sa touche particulière lors de sa première tenue le samedi 15 Mai 2021 à la Villa Alfira située aux 2 Plateaux (Abidjan).

En effet, ce rendez-vous gastronomique Premium allie sonorités africaines dans un cadre où confort, détente, convivialité, sécurité ne font qu’un. Evènement suscitant une grande attente édition après édition, ce meet-up des fins gourmets et d’opportunités d’affaires est un condensé de chefs d’œuvres et de Raffinement Premium. La tenue récente d’une seconde édition le samedi 25 Septembre 2021, à l’espace Splendid, Cocody 7éme Tranche, Cité Zinsou dénote d’une certaine constance pour le sérieux dans ce safari culinaire.  

Les objectifs de « Délires de chefs » sont de plusieurs ordres. Ce safari culinaire allie Gastronomie Premium et Echanges interprofessionnels. C’est pourquoi, cet évènement accorde une importance particulière à la valorisation du travail des chefs cuisiniers en général et des chefs africains en particulier. C’est le creuset pour la découverte de leur savoir-faire.

Necy N’dri en compagnie de Yann Bahou, la présentatrice de la 2ème édition

Etincelante : Vous êtes propriétaire d’un restaurant également qui propose du nouveau avec de la lecture et de l’art notamment. Donnez-nous des précisons.

Necy N’dri : C’est un autre rêve qui se matérialise.
On a eu une première expérience dans un endroit sympathique de 20 tables : « Le cocktail Bar ». Mais maintenant avec mon mari, nous avons décidé d’allier nos passions.
Nous avons trouvé un local assez spacieux pour en faire un endroit de rêve. « Chez Necy », Nos clients seront comme à la maison. Lui, homme de culture et de cinéma, moi femme de gastronomie. Donc « Chez Necy », ça ne sera pas que de la nourriture. Il y’a aussi de la littérature, de l’art et du cinéma.
Donc tout ceux qui viendront chez nous, repartiront avec la tête et le ventre pleins.

Necy, une femme aux mille et un projets


ETINCELANTE : Vous êtes actrice en plus de tout ce que vous faites. Qu’est que ça fait d’incarner un rôle ? Jusqu’ici vous avez joué dans combien de productions cinématographiques ?

Necy N’dri: Oui. Le cinéma est une autre de mes passions.

J’ai joué dans la Série “le projet” de O.Assi, le film “le ticket à tout prix” de Alain Guikou, la série “les coups de la vie de Franck Vlehi”, la série “Allo tribunal” de Anselm Nfa, la série  “les histoires de RORO” de Eric Didia. Donc, on dira 5 projets cinématographiques. J’ai travaillé sur deux (2) autres séries en 2021 qui sortiront certainement cette année.

Etincelante : Necy s’est mariée en 2021 dans la discrétion, racontez-nous la vie d’épouse que vous menez, plutôt femme soumise, ou indépendante ?

Necy N’dri: Je suis une femme-partenaire. Dieu merci, j’ai rencontré un homme qui est pour l’indépendance et l’autonomisation de la femme. Nous sommes des associés.

Nous sommes en couple mais chacun à sa vie et s’épanouie dans ce qu’il fait. Je suis une épouse compréhensive qui laisse de l’espace à son époux.

ETINCELANTE : Vous êtes aussi mère de trois enfants comme nous l’annoncions tout au début de cette interview, est-ce que vous avez du temps pour elles ? A quoi ressemble une journée-type chez Necy ?

Necy N’dri : On dira plutôt, la semaine typique.

Généralement, je commence la journée en faisant le tour de ma maison, ça me permet de vérifier si tout est en place, si les enfants vont bien, tout en faisant ma prière du matin et mon sport… (un 3 en 1, rire). Mais attention, mes jours ne se ressemblent pas. J’ai des journées de tournage très chargées qui peuvent commencer à 6h et se terminer à 4 voire 6h du matin (rarement, mais ça arrive). Ce n’est pas sur toute l’année mais ça peut durer des mois. 

En ces périodes denses, je consacre 1 ou de 2 jours de la semaine à la maison et à mes affaires personnelles. A part ça, je m’organise entre mes activités professionnelles, personnelles et le foyer (enfants, maison, mari). Je me fixe un timing pour ne pas me perdre. J’accorde du temps en fonction des priorités du moment : école, événement, chantier, rédaction d’articles, mise à jour du site de Etincelante, organisation de Délires de chefs, sortie entre copines…

J’ai pris conscience que je ne peux pas tout gérer. J’ai une assistante et des collaborateurs dans chacune de mes activités (à la maison y compris) qui me sont d’une grande aide.

Etincelante : Quelles sont vos difficultés et que faut-il faire pour avancer dans la vie, réussir ?

Necy N’dri : Je n’ai pas encore réussi. Mais pour avancer dans la vie je garde en tête ma vision finale. Avoir les yeux rivés vers la vision qui est la destination finale. Quand je traverse une difficulté, je me dis que c’est temporaire. Je vois les changements comme des défis plutôt que des bouleversements.

J’accepte de retourner à la case départ quand il le faut. Quand c’est trop difficile, je prends une pause. Je me laisse aller, j’accepte mes échecs. Je pleure s’il le faut.
Mais je sais que ça ne va pas s’arrêter là. Je prends des forces et je repars de plus belle. J’ai pour arme fatale la résilience !
Je refuse de cette impuissance. Si mes plans ne fonctionnent pas. Je me réadapte ou je change carrément de stratégie.

Etincelante : Vous êtes très active sur internet, vous avez une communauté de plus de 600.000 Abonnés, Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn réunis. Quelle est votre vie sur la toile Necy ?

Necy N’dri : A la base les réseaux sociaux étaient pour rapprocher des téléspectateurs et des auditeurs. Ensuite, cela a commencé à me rapporter de l’argent et m’offrir la possibilité de développer mes différentes activités. Cela dit, je suis consciente que ma popularité demande une grande responsabilité, donc je travaille chaque jour à impacter positivement ma communauté en partageant des messages d’espoir tiré de mon vécu et de mes expériences. Cette année, je compte aller plus loin en faisait de plus en plus de vidéos live et des contenus inspirants.

Etincelante : Vous avez une marque de sirop Bio et d’autres produits dérivés, où en êtes-vous ?

Necy N’dri : Pour la marque de Sirop, je suis associée à Dominique Sebim, une jeune dame très dynamique. C’est elle la conceptrice et la génitrice de ce joyau. La marque s’appelle SYD SIROP. Ce sont des sirops de bissap, gingembre, citron, fruit de passion. Ils se conservent jusqu’à 6 mois. A côté de cela, je commercialise des produits vivriers transformés (gari, djoumblé, huile de palme…).

Etincelante : Les ressources humaines constituent une complication pour les entrepreneurs africains. Est-ce que le problème est le même chez vous ?

Necy N’dri : En effet, c’est un gros problème. Depuis mes débuts dans l’entrepreneuriat, c’est l’une de mes plus grandes difficultés. Soit tu tombes sur des gens très peu qualifiés à qui tu payes un salaire et qui t’obligent à tout faire toi-même. Soit tu tombes sur des travailleurs qualifiés mais qui n’ont aucune éthique professionnelle. C’est très difficile. La plupart veulent le salaire sans faire le travail.

Etincelante : Quel message à l’endroit des femmes, des jeunes, de nos lectrices et de nos lecteurs ?

Necy N’dri : Je veux dire aux uns et autres de rester concentré et d’être focus sur leurs objectifs. Ne vous laissez pas distraire par les futilités qui n’apporterons pas de plus-value à votre existence. Inspirez-vous de ceux qui arrivent à sortir du lot par leur travail honnête, comme les profils qu’on vous propose dans ce magazine. N’arrêtez pas d’apprendre. Formez-vous. Internet n’est pas que pour les réseaux sociaux. Il y’a beaucoup de sites de formation gratuite ou payante. Sans oublier YouTube, cette grande bibliothèque de vidéos où on peut trouver de magnifiques cours de professionnels de tous les pays. 

Etincelante : Quels sont les projets en lien avec Etincelante cette année ?

Necy N’dri : Pour 2022, Etincelante sillonnera les lycées et collèges d’Abidjan pour apporter un soupçon de lumière à nos jeunes frères et sœurs. On essayera de semer en eux des graines qui feront d’eux des adultes avec de bonnes valeurs.

Etincelante : Que souhaitez-vous apporter à cet entretien pour terminer ?

Necy N’Dri : Je souhaite remercier tous mes collaborateurs, Kossonou Akoua, Ella Dadi, Michelle Yapi, Sita de Happy mum’s, Francis Goré. Merci infiniment à toute l’équipe. Particulièrement à toi Maimouna Sow, mon bras droit. La cheville ouvrière de ce magazine. Merci pour ta disponibilité et ton professionnalisme. Je souhaite de tout cœur que cette année 2022 soit une année d’accomplissement et d’épanouissement dans nos vies professionnelles et personnelles.

Etincelante : Necy, merci, merci pour votre leadership et vos engagements envers les femmes. Nous voulions vous mettre en lumière pour parler de vos actions à toutes les femmes, à nos lecteurs et lectrices pour débuter l’an 2022. Eh bien ! C’est fait.  Merci d’avoir accepté cet entretien. Nous vous souhaitons une belle avancée professionnelle et familiale.

Necy N’dri: Merci à nos lecteurs et lectrices, merci d’être avec nous. Sans vous ce magazine n’existerait pas.

Joyeuse année 2022 !

L’équipe de la rédaction

2 Comments

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Souscrivez à notre Newsletter pour ne rater aucun numéro!