Estelle Ondo : L’engagement d’une femme en politique

Plusieurs fois ministres, Estelle Ondo est Gabonaise. C’est la députée du  2eme arrondissement de la commune de la ville d’Oyem. Oyem est le chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, et capitale du département du Woleu qui se situe au Nord du Gabon. 

Avec une agglomération de 80 000 habitants, c’est la quatrième ville du pays après Libreville, Port-Gentil et Franceville en terme démographique. Née un 17 novembre 1970, notre rédaction a rencontré Madame Ondo. Lisez notre entretien.

Estelle Ondo, députée gabonaise

Etincelantemag : Estelle Ondo bonsoir, quel est votre cursus académique

E.O : Bonsoir Maimouna

J’ai commencé mes études dans la ville d’Oyem, puis en France ou j’ai obtenu mon Baccalauréat. Titulaire d’une maîtrise en Droit Privé option Droit des Affaires et Fiscalité des Entreprises, j’intègre le Ministère de l’Economie et des Finances en 1999.    

Etincelantemag :  Quels sont vos premiers pas dans la politique et vous êtes députée depuis combien de temps ?

E.O : Je suis issue d’une famille politique depuis mon grand-père qui fut plusieurs fois Ministre. Mon père a évolué dans le privé mais ses frères ont suivi mon grand-père dans la politique. Je suis un peu la 3ème génération qui fait de la politique dans ma famille. J’ai fait mes premiers pas dans l’opposition. En intégrant le parti politique Union Nationale aux côtés des grandes figures emblématiques comme André Mba Obame qui fut l’un de mes mentors en politique. (Ancien candidat aux élections présidentielles de 2009)

J’intègre le parti en tant que militante de base, et je serai hissée par la suite au poste de Vice-Présidente de l’Union Nationale et confirmée en 2016 par un Congrès du parti. En 2016 aux dernières élections présidentielles dans le but d’apaiser le climat politique, le chef de l’Etat tend la main à toute la classe politique. 

Je fais donc mon entrée au gouvernement, ou j’ai respectivement occupé les fonctions de Ministre de l’Economie Forestière, de la Pêche et de l’Environnement, chargé de la Protection et de la Gestion Durable des Ecosystèmes, Ministre du Transport et de la Logistique, Ministre de l’Egalité des Chances, chargé de la Décennie de la Femme, Ministre de l’Industrie, de l’Entreprenariat National, chargé de la Décennie de la Femme et, enfin Ministre de la Famille, de la Décennie de la Femme et de l’Egalité des Chances, fonction que j’ai occupé jusqu’en juin de l’année 2019.

Lors des dernières élections législatives et locales d’octobre 2018, j’ai été élue en indépendant, députée du 2ème Arrondissement de la Commune d’Oyem et, siège actuellement à l’Assemblée Nationale, membre du groupe parlementaire. 

Etincelantemag :  Le Gabon a combien de femmes députées et quel sont vos conseils aux jeunes africaines ?

E.O : Sur 143 députés, l’Assemblée nationale compte 23 femmes députés, ce qui reste encore faible pour les femmes gabonaises. J’encourage les femmes à s’engager en politique. Elles doivent participer à toutes les élections et se battre pour être élus. La jeunesse africaine qui est l’avenir de notre continent doit être au rendez-vous des grandes questions économiques, sociales, climatiques, structurelles, environnementales, les nouvelles technologies… Elle doit être à la hauteur de tous ces défis.  Oui le travail doit être une religion pour cette jeunesse.

Etincelantemag : Quels sont projets et objectifs ?

E.O : Je milite pour L’engagement politique des femmes. L’engagement des femmes en politique donnera à la politique une dimension plus féminine. Pour ma part, je pense que les femmes doivent s’engager dans toutes les élections dans notre pays. Oui il faut des femmes aux élections présidentielles, législatives, locales.

 Etincelantemag :  C’est très difficile pour certaines femmes de réussir leur carrière surtout quand elles sont mariées, quel est votre avis sur la famille, et qu’est-ce que vous pensez des femmes qui souvent par contrainte finissent par abandonner leur carrière pour s’occuper de leurs enfants et des foyers…

E.O : Il est important de rappeler qu’il y’a des femmes mariées avec enfants qui réussissent bien leur carrière politique. Nous ne pouvons pas non plus nier que le mariage ou simplement la famille peut être un obstacle à sa carrière politique. Si le mariage devient un obstacle pour la carrière des femmes cela signifie que les femmes mariées ne pourront plus occuper des postes de responsabilités parce que le niveau d’engagement est le même. 

Non, il faut savoir faire la part des choses.

Le mari doit pouvoir soutenir son épouse qui est engagée en politique et la femme doit toujours accorder une place de choix à sa famille quand bien même elle est engagée en politique.  La politique ne saurait être contre le mariage encore moins contre la famille.  La politique par essence est là pour gérer la société et la famille en fait partie.

Etincelantemag :  Toutes mes félicitations Madame Ondo, et etincelantemag vous dit à très bientôt.

E.O : Merci Maimouna !

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Souscrivez à notre Newsletter pour ne rater aucun numéro!