Jeannette Kagamé, une première dame d’impact

La première dame du Rwanda, Jeannette Kagamé, présidente de la fondation Imbuto, est dans le Top 100 des Africaines les plus influentes, selon Avance Media. 

Pourquoi ? La suite de cet article éclairera votre lanterne.

Mme Kagamé est réputée pour ses nombreuses actions dans la prévention du VIH/SIDA depuis une bonne vingtaine d’années. Sa fondation met en œuvre divers projets tels que l’extension des soins de base, l’amélioration des connaissances en santé sexuelle et reproductive, l’éducation des filles et l’entrepreneuriat des jeunes.

Devenue première dame en avril 2000, Jeannette met l’accent sur l’aide aux personnes atteintes du sida et organise, en mai 2001, un sommet réunissant ses homologues du continent, qui donne naissance au projet Protection et soin des familles contre le sida (Pacfa). Avec des partenaires et des sponsors qui n’hésitent pas à financer les différentes activités, en décembre 2007, le Pacfa se transforme en fondation avec à sa tête l’instigatrice. Après avoir présidé, de 2004 à 2006, l’Organisation des premières dames d’Afrique contre le VIH/sida, Madame Kagamé est nommée haute représentante du programme africain de vaccin contre le sida (AAVP). 

Cela dit, qui est-elle réellement ?

Jeannette n’a pas toujours été Kagamé. Elle est née Jeannette Nyiramongi, en août 1962 au Burundi, de parents rwandais tutsis exilés. Ses parents ont six (6) autres enfants.

En 1983, Jeannette part au Kenya pour y suivre des études supérieures à Nairobi et travailler dans la succursale de l’entreprise française Spie Batignolles. En 1988, elle y rencontre Paul Kagamé, alors chef du renseignement militaire en Ouganda et l’épouse l’année suivante à Kampala. Quand le Front patriotique rwandais (FPR) lance sa première attaque contre le régime du président Juvénal Habyarimana, en 1990, elle part rejoindre sa belle-sœur en Belgique, mais revient de temps à autre en Ouganda. En 1994, à la fin de la guerre, elle arrive au Rwanda. Sa priorité : l’action sociale à travers les associations. Deux ans après, elle fonde et dirige une école privée, Green Hills Academy. Située à Nyarutarama, un quartier de Kigali, l’établissement accueille aujourd’hui quelque 900 élèves, de la maternelle à la terminale, issus des milieux plutôt favorisés. Les enfants Kagamé, trois garçons et une fille, y sont également scolarisés. Jeannette a obtenu en tant qu’étudiante, une licence en gestion au Kigali Institute of Science, Technology and Management (Kist) tout en préparant, à distance, une maîtrise en finance dans une université étrangère.

La première dame rwandaise est une référence au sein de sa corporation et incite les rwandaises à réussir leur vie de mère, d’épouse et leur carrière professionnelle avec, en tête, cette devise : « Le ciel est la seule limite à l’ambition. »

La Rédaction

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search