Mariusca Moukenge : « la vie est une folie sans arrogance. Il faut avoir un brin de folie pour sortir des chantiers battus »

Mariusca Moukenge

Pour ce premier numéro, notre étincelante du continent nous vient tout droit du Congo. Mariusca Moukenge est une jeune femme de théâtre, actrice, slameuse, critique d’art et formatrice. A seulement 26 ans d’âge, la native de Sibiti, ville située entre Brazzaville et Pointe-Noire est un modèle d’inspiration pour la gente féminine de son pays et une fierté pour le continent africain. La carrière de Mariusca commence par le théâtre à 15 ans au sein de son lycée. Deux années plutard, elle intègre la compagnie Nsala dirigée par le comédien Harvey Massamba. C’est un projet qui vise à offrir aux enfants une distraction saine et susceptible de leur apporter des valeurs morales et humaines. Par le biais de son mentor, elle participe à plusieurs créations théâtrales et obtient un rôle dans le film Le cœur de la bête du réalisateur congolais Ori Huchi Kozia, en 2016.

 De son parcours au théâtre est né sa passion pour le slam.  Elle savait en ce moment-là l’importance de la formation et de se frotter aux grands.  C’est donc avec le congolais Slameur, humoriste, comédien, Prodige Héveille qu’elle va se forger une personnalité dans le slam. Ses mots qui se font porte-parole de la liberté, la fraternité, l’égalité, la solidarité et l’amour plaisent au public.

« Ma plume interroge l’humain dans ce qu’il a de plus existentiel et de plus vaniteux en même temps. Mon Slam est une invitation à l’amour entre les humains. A l’évolution des mentalités dans le sens de rendre à l’homme toute sa divinité et son humanité. J’interroge la femme, dans sa sacralité et sa complexité.
J’essaie de coudre à travers mes vers le tissu social qui ne cesse de se déchirer au nom de l’égocentrisme.
En gros par ma plume, je mets l’humain face à son miroir », Mariusca, définissant son slam. Sa prolificité lui vaut de nombreuses prestations, tant au Congo qu’à l’étranger. Son slam séduit le public européen. En 2018, elle sort un maxi single de quatre titres, slamourail, en collaboration avec steve mav. Elle termine l’année en beauté avec le trophée Awards ‘’studio 210’’ de la meilleur slameuse de l’année. Dans la même année, elle produit Beauté africaine et Instant solidarité, deux singles qu’elle sort en autoproduction.

Elle ne s’arrête pas là ! Mariusca crée « SLAMUNITE », un concept né dans l’objectif d’étendre son engagement. C’est un projet d’initiation au Slam en milieu juvénile conflictuel. Il consiste à initier des jeunes victimes de violence de tout genre au Slam. « Dans ces ateliers SLAMUNITÉ, nous faisons de la ‘’slamothérapie’’ parce que nous avons compris toute la force des mots et la puissance de la parole. Nous essayons ensemble d’écrire une nouvelle page de notre histoire », explique -t-elle.

Dans la réalisation de ce projet, la jeune femme a rencontré pas mal de difficultés. Mais c’est avec fierté qu’elle regarde dans le rétroviseur de son parcours « Au début de nos séances d’ateliers, il y avait plus de larmes que de jeu et cela commençait à influencer mon état de santé. D’une part les problèmes de finances pour l’achat des billets d’avion et frais de séjour pour les tournés. Il y a eu aussi la difficulté de traduction en langue locale parce que ce projet visait d’abord les jeunes vivants en zone rurale. Nous avons dû affronter aussi ma crainte de l’échec, ma sensibilité. A plusieurs reprises j’ai cru que je n’allais pas y arriver, vu la douleur des histoires de ces jeunes.  Des amis m’ont dit au départ : « Mariusca t’es folle ou quoi ? ». Mais en vrai, la vie elle-même est une folie sans arrogance. Il faut avoir un brin de folie pour sortir des chantiers battus. Au fil des éditions, l’espoir devenait plus grand ».

Mariusca Moukenge et son équipe ont opté pour ‘‘la positive attitude’’ : toujours voir le bon côté des choses, comme le dit elle-même. Sa plus grande satisfaction aujourd’hui est de voir que le SLAM se porte bien. « Ce qui fait ma joie, c’est de voir qu’aujourd’hui à travers mon projet SLAMUNITE, le peu de jeune qu’on arrive à former se servent à présent du SLAM pour panser leurs maux par les mots. Ma plus grande satisfaction est vraiment de voir combien le Slam est en train de toucher des cœurs. Le SLAM prend si bien soin de nous. Je dis ça pour le Slam en sachant que mon côté de femme de théâtre n’en sera pas jaloux » (souriant).

En ce moment, elle travaille sur la sortie de son nouveau titre Mwana Mbanda réalisé en featuring avec la chanteuse Spirita Nanda. Il sera disponible le 31 janvier sur tous les supports de téléchargement et sur sa chaine youtube : Mariusca la Slameuse. A long terme, elle envisage étendre le concept « SLAMUNITE » à d’autres couches de la société.

Maruisca feat Spirita

Passionnée, Mariusca Moukenge se distingue par son abnégation, sa rage de voir une Afrique nouvelle qui se construit avec des femmes battantes, instruites, prêtes à défendre les valeurs intrinsèques de leurs cultures.

Sarah Kossonou    

1 Comment

  • Gunnel MT
    1 an ago Reply

    Un modèle à suivre pour les jeunes tous les genres. La force de sa plume, décrit aussi son caractère. Une vrai batente ,une vraie guerrière, une vraie samouraï
    Force à elle la Slamourail 💪🇨🇬

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search