Melissa Fatoumbi; une maman cool et pro! 

Patronne et blogueuse.

La société est cruelle parfois. Quand la maternité, un moment qui est censé être magique devient pour certaines un chemin périlleux avec des jugements et des mots durs à entendre, vous avez le choix entre donner raison à vos détracteurs ou vous battre pour votre ou vos enfants.

Melissa Regina Fatoumbi épse Coulibaly, notre invitée a décidé elle de ne pas écouter ses « bourreaux » et se battre. Qui est-elle? Qu’est-ce qu’elle a vécu? Pourquoi et comment? Vous saurez tout dans cette interview où elle s’est livrée à cœur ouvert à notre rédaction. Bonne lecture !

Etincelante : Comment était l’enfance de Melissa pour entamer cet entretien ?

Melissa:  A chaque fois qu’on me pose cette question, je mets un peu de temps avant de répondre… Pour cause, cette période de ma vie était assez difficile. J’étais une fille éveillée, au devant de la scène mais je n’aimais point me faire remarquer malgré les concours de danse ou de miss de quartier. Les difficultés ont commencé lorsqu’on a commencé à faire la navette entre le noyau et la grande famille. Ce n’était donc pas évident. C’est ce qui aussi fait que je suis rapidement devenue autonome. Toute cette histoire, fait que je suis cette femme aujourd’hui. 

Etincelante : Parlez-nous de votre cursus scolaire.

Melissa: J’ai eu le bac en 2017 au lycée moderne de Treichville. Ensuite, j’ai fait un BTS en réseaux-télécom qui n’a pas marché. Du coup, j’ai passé de bonnes années à la maison.  Puis, j’ai fini par suivre un BTS en ressources humaines et communication.

Etincelante : La vie professionnelle et vous ? Racontez-nous.

Melissa: Mon parcours professionnel a commencé en tant que stagiaire à Ayana webzine, un magazine en ligne dédié à la femme dans l’air du temps. J’ai également travaillé en tant que community manager people pour une agence digitale qui est implantée au Sénégal et aussi en Côte-d’Ivoire. Par la suite, j’ai intégré Africa fontaine groupe une agence digitale en Côte-d’Ivoire. J’ai pu, entre autres travailler avec Edith Brou.  Suite à toute cette richesse professionnelle, je me suis mise à mon propre compte. 

Etincelante: En dépit de toute cette histoire professionnelle Melissa, vous avez aussi fait de la télé. Ça fait quoi d’être animatrice/chroniqueuse ?

Melissa : On va dire que j’ai eu l’opportunité d’animer une rubrique dans « les femmes d’ici » lors de la première saison sur NCI. Je suis assez à l’aise devant la caméra.  Je traitais des sujets passionnants pour moi liés aux bébés, à la maternité, à la vie de bébé et maman.

Etincelante : Retour en arrière, quand vous étiez plus jeune, quel était votre rêve dans le futur ? Par ailleurs, quelle est votre source d’inspiration ?

Melissa: Étant petite j’avais plusieurs rêves, mais arrivé à l’âge de l’adolescence j’ai commencé à aimer l’animation. Ce qui fait que j’ai toujours rêvé d’animer des émissions à la télé.

Pour répondre à votre deuxième question, il y’a plusieurs femmes qui m’inspirent et elles sont ivoiriennes. Je commence par ma mère. C’est une femme très résiliente. Elle a commencé à vendre du charbon. Elle a vendu de la bouillie et après elle est devenue institutrice. Je suis témoin de toutes ces étapes dans sa vie. A l’époque je la regardais et je disais waouh mais quelle femme magnifique ! Le waouh est resté parce que ma mère n’a jamais baissé les bras. Elle est courageuse.

Etincelante : A part votre maman, des personnes ont sans doute accompagné votre carrière d’une manière ou d’une autre, nous voulons des détails.

Melissa:  Professionnellement on va dire qu’il y a deux personnes qui m’ont porté. Il y a une personne particulièrement qui a fait beaucoup, il s’agit de Amie Kouamé de Ayana webzine. J’ai appris à savoir quel genre de femme je voulais devenir. Ensuite, quand je suis partie à Africa Fontaine, grâce à Edith Brou, mon carnet d’adresses a ‘’explosé’’. Elle m’a vraiment ouvert assez de portes. J’ai connu beaucoup de personnes. J’ai beaucoup voyagé, pourtant, je ne l’avais jamais autant fait de ma vie.  Edith m’a fait confiance et m’a boosté à chaque fois.

Etincelante : Quelles ont été les étapes marquantes de votre vie ? Quelles sont les similitudes et différences entre la maternité, votre maternité et votre vie d’aujourd’hui ?

Melissa : Mes étapes marquantes…

Vous savez, à chaque étape que je fais un enfant, j’ai l’impression que je passe à une autre vie, j’ai d’autres challenges. Il y a 11 ans en arrière, personne n’aurait voulu parier sur moi. J’étais une jeune fille qui était perdue. Une jeune fille qui quittait son domicile pour aller travailler dans une usine de la place à koumassi et qui avait un bébé de quatre mois sous la main. Une jeune fille à qui on disait que son avenir était fichu. Elle ne pouvait rien faire d’autre que faire des enfants et être sans emploi. Je ne suis peut être pas arrivée là où je veux être mais je suis fière de la personne que je suis. Pour moi, le chemin parcouru est vraiment énorme.  Béni soit le nom du seigneur. 

Etincelante : Magnifique témoignage Melissa. Quelle est votre plus grande déception ?

Melissa : Je ne dirai pas que j’ai été déçue. Pour moi, c’est une épreuve de Dieu. C’est une étape après la suivante. Chaque déception est une épreuve simplement.

Etincelante : Un échec qui vous a beaucoup appris ?

Melissa : Un échec, je pense que c’est quand je n’ai pas eu mon bac. Je l’ai passé deux fois. Mais, je suis restée zen, il n’y a pas eu mort d’homme et next. 

Etincelante : Avez-vous une grande fierté à nous exposer ? 

Melissa : Oui ! Le premier gros contrat que j’ai rapporté à mon entreprise. J’ai travaillé sur lui du début à la fin. Ça, c’est une grande fierté.  

Etincelante : Si vous aviez un conseil à donner à la petite Melissa, ça serait lequel ?  

Melissa : Mélissa n’hésite pas, fonce ! Ne t’arrête pas de rêver.

Etincelante : Qu’est-ce qui vous caractérise et de quoi sont faites vos journées ?

Melissa : Mon caractère est que je suis résiliente, passionnée et déterminée. Je passe mes journées avec mes enfants. Je dépose les plus grands, je reste avec la plus petite. Je prépare mes publications la veille. Je m’occupe de mes clients et je commence à préparer des recettes pour les jours suivants. J’essaie de travailler par anticipation. J’échange avec quelques mamans et quand je ne trouve pas de solution, je les oriente vers un pédiatre.

Etincelante : Quels sont vos projets présents et futurs ? Et que faites-vous quand vous ne travaillez pas ?

Melissa : J’ai vraiment, vraiment beaucoup de projets mais je préfère ne pas le partager avec vous maintenant. Cependant, je veux exporter mes céréales dans le monde afin de valoriser ce que nous avons ici. Quand je ne travaille pas, je passe du temps avec mes enfants ou avec mon chéri.

Etincelante : Votre maternité, la grossesse, vos partages au sein de votre blog … Quel est votre réseau social préféré et pourquoi ?

Melissa : Mon parcours dans le milieu parental a débuté en 2016 avec mon blog. A l’époque, je parlais de ma vie avec mon enfant et ce n’était pas facile de montrer mon ventre en 2019. Tout ceci a élargi ma communauté mais comme toujours les gens disaient que ce n’est pas bien de montrer mon ventre et tout parce qu’on est en Afrique.

Mon réseau social préféré est Facebook parce que je me sens plus à l’aise là-bas. Je dis ce que je ressens.  La vie de maman….

Etincelante : Justement, comment se sont déroulées vos différentes grossesses ?

Melissa : Mes grossesses ne se ressemblent pas du tout. La première grossesse était assez difficile au premier trimestre et au deuxième trimestre. La deuxième grossesse m’a plus fatigué dans le premier trimestre, j’avais toujours très mal mais c’était abordable. La troisième grossesse était un peu intéressante, j’étais très dégourdie. 

Etincelante : La maternité a-t-elle changé votre vie ?

Melissa : La maternité a changé ma vie positivement vraiment. Je pense que si je suis là aujourd’hui c’est parce que Junior m’a donné trois beaux enfants qui m’ont permis de tracer mon chemin.

Etincelante : Avez-vous reçu une pire réflexion faite par une tierce personne en tant que maman ?

Melissa : Ce sont les commentaires assez désobligeants sur le physique des personnes qui ont eu un, deux ou trois enfants.

Etincelante : Quel genre de maman êtes-vous et que représente le lait maternel ?

Melissa : Je suis une maman très détendue. Je n’aime pas me prendre la tête. À chaque fois je dis à mes abonnés : faites ce que vous pouvez, on ne se met pas de pression ni de stress. Sachez que le lait maternel est le meilleur aliment que l’on puisse donner à son bébé.

Etincelante : Qu’est-ce que vous aimez faire quand vos enfants sont loin de vous ?

Melissa : Quand mes enfants ne sont pas là, j’aime voyager dans des petits coins avec mon chéri. On aime rester à la maison regarder des films ou on va au resto. On dort beaucoup et on passe vraiment du temps ensemble.

Etincelante : Votre avis sur l’image de la mère parfaite que nous renvoient les réseaux sociaux ?

Melissa : Moi ce que j’aimerais que les gens fassent c’est de dire la vérité, dire les choses telles qu’elles sont.

Etincelante : Une anecdote à partager avec nos lectrices ?

Melissa : Une anecdote à partager je dirai que j’étais allée faire un shooting pour le premier mois de ma fille et quand je suis entrée dans le studio, les dames ont commencé à crier maman de Kimi ça m’a fait chaud au cœur de savoir que les gens me suivent pareil pour mon fils. Une autre fois, un monsieur passait avec son enfant et qui m’a dit qu’il a rigolé sur une de mes vidéos avec sa femme ou je parlais du premier pipi de mon fils. 

Etincelante : Un conseil pour toutes les étincelantes qui vous lisent et qui cherchent leurs voies?

Melissa : Ce que j’ai à dire aux étincelantes c’est que personne ne vivra votre vie pour vous. Le que dira-t-on ne doit pas vous stresser si vous êtes en accord avec vous-même et votre esprit. C’est l’essentiel. Donc foncez car rien n’est facile. Rêvez et avancez pas à pas. Développez votre activité.

Étincelante : assez parlé de votre vie de maman. Vous êtes entrepreneure, vous produisez de la nourriture pour enfant notamment des céréales, votre marque est née quand ?

Melissa: La marque les petits plats oman a été créée en 2018.

Étincelante : Vous travaillez avec combien de personnes actuellement ?

Melissa: Le nombre de personnes avec qui nous travaillons, nous avons trois personnes fixes, on va dire quatre, y compris moi et quatre contractuels.

Étincelante : Quelles sont les difficultés liées à votre travail ?

Vos produits sont constitués

Melissa: Nos difficultés, on va dire la flambée des matières premières depuis la crise liée au Covid-19. Jusqu’aujourd’hui, à chaque fois, nous avons une augmentation de prix que ce soit avec la matière première ou les bocaux de conditionnements. Malgré ça, nous endossons les surplus et gardons toujours nos même prix d’origine.

Etincelante : Vos produits sont constitués de quoi ?

Melissa : Nos produits sont super naturels avec les produits locaux du terroir sans sucre ajouté, sans produit chimique, 100% naturel. Nous utilisons (le maïs, le sorgho, le riz, le soja, le souchet communément appelé « Tchongon »). On fait aussi des céréales à base de fruits, de légumes ou de poisson, qui sont donc transformées en céréales pour bébé. C’est ce qui fait d’ailleurs notre particularité.

L’équipe de la rédaction.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search