POST-PARTUM, PARLONS EN!

Ce mois de Mai célèbre dans plusieurs pays, la mère, porteuse de vie.

Mais il faut dire que lorsqu’on parle de mère, on pense à la grossesse et à l’accouchement. Alors que le plus difficile est la seconde qui suit la sortie de bébé du ventre de sa mère. En d’autres termes, le post-partum.

POST-PARTUM vient du latin post qui signifie « après » et de partus qui veut dire « mise bas ». La période du post-partum ou puerpéralité s’étend de la fin de l’accouchement jusqu’au retour de couches, c’est-à-dire les premières règles après la grossesse.  C’est une période de nouveaux bouleversements d’abord physiques avec la perte brutale des repères physiologiques et anatomiques liés à la grossesse.

Madame guédé nous explique le changement physique survenu lors de son premier accouchement : « Quelques semaines après mon accouchement, j’ai vraiment pris du poids au point où mon entourage avait du mal à me reconnaitre. Je pesais 50kg pendant la grossesse, après l’accouchement, je me retrouve à 65kg. J’ai dû commencer le sport lorsque mon bébé a eu 6 mois afin de garder la ligne »

On distingue deux périodes au sein du post-partum: le post-partum immédiat et les suites de couches.

POST-PARTUM IMMEDIAT : il correspond au temps de séjour en maternité. Il correspond aussi à la période de deux heures suivant l’expulsion du placenta et des membranes, appelée la délivrance. Il s’agit d’une période de hauts risques maternels et néonataux. C’est la raison pour laquelle la surveillance est effectuée en salle de naissances.

LES SUITES DE COUCHES : elles désignent la période de plusieurs semaines qui suit l’accouchement et qui correspond au temps nécessaire à l’utérus pour retrouver sa taille et sa position normale. Cette période de réadaptation du corps dure entre 6 et 8 semaines, et se clôture par la réapparition des menstrues. Durant ces quelques semaines, divers désagréments peuvent survenir : des troubles intestinaux, des troubles urinaires, les montées de lait, la fatigue, des douleurs, des lochies, un baby blues.

La durée standard d’un séjour à l’hôpital est 72 à 96 heures après un accouchement par voie basse et de 96 à 120 heures après une césarienne.

Si cette durée est plus courte, on parle alors de sortie précoce. Le suivi de la mère et du nouveau-né se fait habituellement par des sages-femmes et des auxiliaires de puériculture. Sur le plan maternel, la surveillance reposera sur la prévention des risques hémorragique, infectieux et thromboembolique.

Une surveillance tensionnelle ainsi qu’une prise en charge des douleurs sont également recommandées.

La dépression post-partum, un problème réel chez les femmes !

Le nombre de mères présentant des symptômes dépressifs sans souffrir de dépression postnatale atteint un sommet pendant la période trois (3) à (6) six mois après l’accouchement (environ 41 %). Durant la période post-partum, les signes de fatigue pourraient être confondus avec des symptômes dépressifs.

Voici les symptômes que le site de parentalité naîtreetgrandir.com a énuméré comme étant les plus fréquents de la dépression post-partum :

  • profonde tristesse sans raison apparente; pleurs fréquents inexpliqués;
  • épuisement permanent ou problèmes de sommeil (dormir trop ou pas assez);
  • sentiment de dévalorisation ou culpabilité excessive (impression d’être un mauvais parent, difficulté à établir un lien avec son bébé);
  • irritabilité;
  • anxiété extrême (surtout en ce qui a trait au bien-être de son enfant);
  • incapacité à s’occuper correctement de son enfant ou refus de passer du temps avec lui;
  • si le parent est capable de s’occuper de son enfant, absence de plaisir lorsqu’il le fait;
  • désintérêt pour les activités aimées auparavant ou manque de plaisir durant celles-ci;
  • changement d’appétit;
  • sentiment que les choses ne s’amélioreront jamais;
  • tendance à s’isoler;
  • idées suicidaires.

Le post-partum est donc une période à risque de difficultés, parfois de complications, liées aux bouleversements de tous les repères d’une femme en particulier lorsqu’il s’agit d’un premier enfant, et qui mérite pour ces raisons un suivi et une attention particulière. Pour éviter certains désagréments dus aux réalités post-partum, la sage Koffi conseille aux femmes les mesures suivantes :

  • Contrôler régulièrement sa tension
  • Suivre à la lettre les recommandations des sages-femmes avant et après l’accouchement
  • Eviter les grossesses à risques
  • Utiliser une méthode contraceptive pour espacer les naissances.

Ella Dadi

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search